Accueil > Communication, Utopie > Et le courrier numérisé, c’est pour quand ?

Et le courrier numérisé, c’est pour quand ?

Nous voilà en 2011, et cette année, c’est l’ouverture à la concurrence du courrier de moins de 50 grammes.

Le seul problème, c’est qu’aucun concurrent ne semble intéressé… N’est-ce pas là l’occasion de lancer une offre innovante de courrier numérisé ?

En effet on voit déjà que le courrier électronique est très prisé, mais il ne peut pas être utilisé dans tous les cas, alors qu’un courrier numérisé aurait toute sa place dans notre société et offrirait de nombreux avantages…

Avantages

  • Coût

Un courrier numérisé permettrait avant tout une réduction des coûts, notamment d’acheminement, que ce soit pour l’opérateur ou pour le client (il faut l’espérer !). En effet quel intérêt de transporter des millions de courriers papier, là ou la numérisation rendrait la diffusion si simple !

  • Rapidité

En effet, dès que le courrier est numérisé, il serait accessible presque instantanément, plus de délai d’acheminement !

  • Sécurité

Imaginez, plus de courrier perdu ! Ce qui peut arriver avec une lettre simple, est presque impossible avec un système d’information numérique suffisamment robuste.

  • Ecologique

C’est à la mode, mais combien de camion en moins sur les routes avec le courrier numérique ? Pour aller plus loin, il faudrait rendre l’impression en bout de chaine optionnelle et payante, l’accès au courrier étant alors possible par une interface web, évitant de nombreuses impressions.

  • Simplification

Si le courrier est de plus accessible en ligne pour le destinataire, fini le fastidieux tri du courrier, il pourrait être fait en ligne, et automatisé en fonction de l’émetteur (factures, famille, travail…), comme avec le courrier électronique, mais en officialisant les échanges (possibilité de recommandé entre autre)

Existe-t-il déjà des services équivalent ?

Certains services existent déjà, il faut juste les généraliser, et surtout aller plus loin car en général toute la chaine n’est pas numérique.

  • La poste propose déjà le courrier recommandé électronique, mais il revient dans le circuit normal après impression par la Poste. De plus il coûte de ce fait plus cher que le recommandé normal… Un comble !
  • Boursorama propose un serve appelé Easy-Chèque, qui permet depuis leur site d’éditer un chèque et de l’envoyer directement. Encore une fois, il n’y a que la moitié du service qui est numérique.
  • Le courrier électronique est bien entendu le plus abouti (et le plus ancien de surcroît), mais il n’offre pas tout ce que permettrait le courrier numérisé, à savoir une officialisation de l’échange, et l’accès à tous grace à l’adresse physique, ou encore la possibilité de garantir l’expéditeur simplement.

Que faut-il pour que ce service soit un succès ?

Plusieurs conditions doivent être réunies à mon sens :

  • Simplicité :

À savoir une interface intuitive, mais aussi des bureaux (de Poste ou autre) ou la numérisation est possible, afin de ne pas restreindre l’accès à se service aux personnes à l’aise avec l’outil informatique

  • Archivage :

Les courriers doivent être archivés en fonction d’une politique définie soit par l’expéditeur, soit par le destinataire.

  • Sécurisation :

Le système d’information doit être stable, et offrir la signature électronique, des garanties de transmission et de disponibilité.

  • Prix :

Pour avoir du succès, ce service doit être peu cher, en tout cas plus économique d’un courrier normal. C’est peut-être l’aspect le plus difficile ?

  • Interopérabilité :

Voilà qui est important, et loin d’être garanti si lancé par des sociétés privées, il faut que le service soit accessible depuis tous les systèmes existant, mais pas seulement ! Il faut aussi que si plusieurs concurrents propose ce service, il faut pouvoir les interconnectés, que le client ne soit pas captif de son opérateur… En bref il faudrait que des normes soient établies en pré-requis !

Conclusion

On voit que les conditions de succès d’une telle offre sont nombreuses, l’infrastructure à mettre en place importante, et la question de la rentabilité est loin d’être évidente.

C’est dommage car ce serait un service d’avenir, permettant de nombreuses économies à terme, offrant de nombreux avantages.

Mais il faut à mon sens que ce soit un projet initié par l’État, ou au minimum par un organisme de normalisation. Et ça, ce n’est pas évident.

Cependant, il faudrait continuer à offrir un service de courrier classique, même à un coût beaucoup plus élevé, qui deviendrait donc un service de luxe, car le courrier papier gardera toujours un certain charme, un certain romantisme qu’il ne faudrait pas perdre complètement au profit du pratique. Non ?

Sur le même sujet :

Un post intéressant sur un blog de philatéliste, qui fait un état des lieux de la numérisation.

Advertisements
Catégories :Communication, Utopie Étiquettes : , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :